Handbook:Parts/Blocks/DesigningPartitionScheme/fr

From Gentoo Wiki
Jump to: navigation, search
This page is a translated version of the page Handbook:Parts/Blocks/DesigningPartitionScheme and the translation is 100% complete.

Concevoir un schéma de partitionnement

Combien de partition et de quelle taille ?

Le nombre de partitions dépend fortement de l'environnement. Par exemple, si il y a beaucoup d'utilisateurs, il est alors conseillé de séparer /home/ afin d'augmenter la sécurité et de faciliter les sauvegardes. Si Gentoo est installé en tant que serveur de courriel, il est préférable de séparer /var/ car c'est là que sont stockés les courriels. Un bon choix de système de fichiers permettra de maximiser les performances. Les serveurs de jeux sépareront /opt/, car c'est là que la plupart sont installés. Dans la plupart des cas, /usr/ doit être grand: non seulement il contiendra la majorité des applications, mais il hébergera aussi le répertoire ebuild de Gentoo (par défaut situé à /usr/portage) qui prend déjà environ 650 Mo. Cette estimation de l'espace disque exclut les répertoires packages/ et distfiles/ qui sont généralement stockés dans ce répertoire ebuild.

Cela dépend énormément de ce que l'administrateur souhaite effectuer. Des partitions ou volumes séparés présentent les avantages suivants:

  • Choix du système de fichiers le plus performant pour chaque partition ou volume.
  • Le système entier ne peut pas se retrouver à cours d'espace libre si un outil défunt écrit continuellement des fichiers sur une partition ou un volume.
  • Si nécessaire, les contrôles du système de fichiers sont réduits dans le temps car plusieurs contrôles peuvent être effectués en parallèle (bien que cet avantage ne soit plus important avec plusieurs disques que plusieurs partitions).
  • La sécurité peut être améliorée en montant certaines partitions ou volumes en lecture seule, nosuid (les bits setuid sont ignorés), noexec (les bits exécutables sont ignorés) etc.

Cependant, avoir plusieurs partitions présente également des inconvénients. Si elles ne sont pas configurées proprement, le système peut se retrouver avec beaucoup d'espace libre sur une partition et aucun sur une autre. Un autre inconvénient est que des partitions séparées - notamment pour des points de montage importants comme /usr/ ou /var/ - nécessitent souvent que l'administrateur démarre avec un fichier initramfs afin de monter la partition avant que d'autres scripts de démarrage ne s’exécutent. Ce n'est pas toujours le cas, donc les résultats peuvent varier.

Il existe également une limite de 15 partitions pour SCSI et SATA à moins que le disque n'utilise les étiquettes GPT.

Qu'en est-il de l'espace swap ?

Il n'y a pas de valeur parfaite pour la partition swap. Le but de l'espace de swap est de fournir un espace de stockage sur disque au noyau quand la mémoire interne (RAM) est sous pression. Un espace de swap permet au noyau de déplacer des pages de mémoire qui sont susceptibles de na pas être utilisées prochainement sur le disque (swap ou page-out), libérant ainsi de la mémoire. Bien sûr, si cette mémoire est soudainement nécessaire, ces pages doivent être remisent en mémoire (page-in) ce qui prendra un moment (car les disque sont très lents par rapport à la mémoire interne.)

Si le système n'est pas prévu pour exécuter des applications utilisant beaucoup de mémoire ou si le système a beaucoup de mémoire disponible, il n'est alors probablement pas nécessaire d'avoir beaucoup d'espace de swap. Cependant, l'espace de swap est aussi utilisé pour stocker toute la mémoire en cas d'hibernation. Si le système doit supporter l'hibernation, alors un espace de swap plus grand est nécessaire, souvent au moins la quantité de mémoire installée sur le système.