Cinnamon

From Gentoo Wiki
Jump to: navigation, search
This page is a translated version of the page Cinnamon and the translation is 100% complete.

Other languages:
English • ‎español • ‎français • ‎polski • ‎русский • ‎中文(中国大陆)‎ • ‎日本語 • ‎한국어

Cinnamon is a contemporary desktop environment with a traditional interface that Gnome 2, LXDE or Xfce users will find easy to work with. Cinnamon has very good graphical and functional features. Forked from Gnome Shell and developed for Linux Mint, it is available for the amd64 and x86 architectures.

Installation

Prérequis

Cinnamon fonctionne très bien avec ou sans systemd. Pour l’installer sans dépendances à systemd, choisir par eselect un profil sans Gnome, comme default/linux/amd64/13.0/desktop. Pour l’installer avec systemd, choisir le profil default/linux/amd64/13.0/desktop/gnome/systemd. Dans les deux cas l’architecture et la version peuvent être différents.

Pour obtenir une liste des profils disponibles :

root #eselect profile list
[1] default/linux/amd64/13.0
[2] default/linux/amd64/13.0/selinux
[3] default/linux/amd64/13.0/desktop
[4] default/linux/amd64/13.0/desktop/gnome
[5] default/linux/amd64/13.0/desktop/gnome/systemd
etc.

OpenRC

Sous OpenRC choisir le profil :

root #eselect profile set default/linux/amd64/13.0/desktop

Ou bien sélectionner le même profil par son numéro dans la liste ci-dessus :

root #eselect profile set 3

Se référer également à l’article Gentoo Without Systemd (Gentoo sans systemd).

Systemd

Sous systemd, choisir le profil de bureau GNOME dont le nom finit par systemd :

root #eselect profile set default/linux/amd64/13.0/desktop
Note
L’architecture du système (amd64) et sa version (13) peuvent différer, il importe seulement que le nom du profil finisse par /gnome/systemd.

Xorg

Pour que Cinnamon fonctionne il faut bien sûr que Xorg soit déjà installé et configuré. Soyez sûr que le serveur X soit fonctionnel avant de continuer cet article… et si besoin testez-le, en suivant les indications du chapitre Utiliser startx du guide Gentoo sur Xorg.

Cinnamon, comme les autres applications, est traduit dans beaucoup de langues (Linguas). Ajouter le français dans make.conf si ça n’a pas été fait lors de l’installation de Gentoo, par la variable LINGUAS :

FILE /etc/portage/make.confParamétrer make.conf avec le code de la langue française
LINGUAS="fr"

Il est recommandé d’installer x11-libs/gtk+extra et, seulement avec une version de Xorg inférieure à 1.17, x11-drivers/xf86-video-modesetting, sans lesquels Cinnamon ne fonctionnerait pas correctement :

  • Avec une version de Xorg inférieure à 1.17 :
root #emerge --ask x11-libs/gtk+extra x11-drivers/xf86-video-modesetting
  • À partir de Xorg 1.17 :
root #emerge --ask x11-libs/gtk+extra

Options de la variable USE

USE flags for gnome-extra/cinnamon A fork of GNOME Shell with layout similar to GNOME 2

Informations supplémentaires sur Python targets à la page PYTHON TARGETS du projet Python.

Des variables USE, icu, pulseaudio and gnome-keyring, sont nécessaires à des dépendances de Cinnamon. Si elles ne sont pas déjà indiquées, autoriser la mise à jour ou création par emerge --ask gnome-extra/cinnamon de package.use (ou package.use/cinnamon, ou package.use/unAutreNom), ou les indiquer manuellement.

Emerge

Après les étapes ci-dessus « émerger » Cinnamon :

root #emerge --ask gnome-extra/cinnamon
Note
La compilation de net-libs/webkit-gtk peut être très longue sur des machines anciennes. Soyez patient, Cinnamon en vaut la peine !

Configuration du système

Avant d’aborder l’aspect visuel de Cinnamon, on paramètre son lancement lors du démarrage ou sur demande d’un utilisateur. On paramètre également les droits des utilisateurs pour qu’ils puissent interagir facilement avec le système.

Services

Les instructions suivantes concernent OpenRC. Avec systemd, utiliser systemctl comme expliqué dans la page systemd.

dbus et consolekit

Le serveur X et Cinnamon requièrent les services dbus et consolekit, s’assurer qu’ils seront lancés au démarrage :

root #rc-update add dbus default
root #rc-update add consolekit default

Puis lancer ces services sans qu’un redémarrage soit requis :

root #rc-service dbus start
root #rc-service consolekit start

NetworkManager

NetworkManager est une dépendance de Cinnamon qui est inutile si le réseau a été configuré lors de l’installation de Gentoo, et qui ne doit pas être activée si un autre service réseau est en cours d’utilisation. Désactiver tout autre service réseau si NetworkManager est utilisé. Par exemple, si le système a été configuré pour utiliser les scripts netifrc, en désactiver les services :

root #rc-service net.eth0 stop
root #rc-update del net.eth0 default
Note
Avec sys-fs/udev les interfaces réseau sont nommées par les Noms prévisibles d’interfaces. Cela donne des noms comme enp12s0, eno1, enp2s0, etc. Avec sys-fs/eudev, l’embranchement (fork) de udev créé par Gentoo pour éviter les dépendances à systemd, le nom de la première interface est souvent eth0.

Activer NetworkManager après la désactivation d’autres services réseau :

root #rc-service NetworkManager start
root #rc-update add NetworkManager default

Désactivation de l’applet NetworkManager

Si NetworkManager n’est pas utilisé, son applet du tableau de bord de Cinnamon peut être désactivé, comme expliqué dans la page Cinnamon du Wiki de Arch Linux. Copier /etc/xdg/autostart/nm-applet.desktop vers ~/.config/autostart/nm-applet.desktop, puis désactiver l’applet puis changer les droits du fichier :

root #cp /etc/xdg/autostart/nm-applet.desktop /home/utilisateur/.config/autostart/nm-applet.desktop
root #echo 'X-GNOME-Autostart-enabled=false' >> /home/utilisateur/.config/autostart/nm-applet.desktop
root #chown utilisateur:utilisateur /home/utilisateur/.config/autostart/nm-applet.desktop

Sudo

Pour qu’un utilisateur ordinaire puisse relancer ou éteindre le système depuis Cinnamon, sudo est requis et doit être paramétré.

Commencer par installer app-admin/sudo :

root #emerge --ask app-admin/sudo

Puis modifier la configuration de sudo par la commande visudo :

root #visudo

Celle-ci lance l’éditeur de texte par défaut pour générer ou mettre à jour le fichier sudoers. Remplacer dans le code ci-dessous nomUtilisateur par chaque nom d’utilisateur de Cinnamon :

FILE /etc/sudoers
nomUtilisateur  ALL=(root) NOPASSWD: /sbin/reboot
nomUtilisateur  ALL=(root) NOPASSWD: /sbin/halt
nomUtilisateur  ALL=(root) NOPASSWD: /sbin/poweroff
nomUtilisateur  ALL=(root) NOPASSWD: /sbin/shutdown

Ou pour tous les utilisateurs du groupe wheel :

FILE /etc/sudoers
%wheel  ALL=(root) NOPASSWD: /sbin/reboot
%wheel  ALL=(root) NOPASSWD: /sbin/halt
%wheel  ALL=(root) NOPASSWD: /sbin/poweroff
%wheel  ALL=(root) NOPASSWD: /sbin/shutdown

Règles et actions de Polkit

Policy kit doit être configuré pour qu’un utilisateur ordinaire puisse effectuer depuis Cinnamon des actions demandant des privilèges élevés. Pour lister les actions possibles, dont les noms indiquent (en anglais…) ce qu’elles font, utiliser pkaction :

root #pkaction
org.cinnamon.settings-daemon.plugins.power.backlight-helper
org.cinnamon.settings-users
org.cinnamon.settingsdaemon.datetimemechanism.configure
org.freedesktop.ModemManager1.Contacts
org.freedesktop.ModemManager1.Control
org.freedesktop.ModemManager1.Device.Control
org.freedesktop.ModemManager1.Firmware
org.freedesktop.ModemManager1.Location
org.freedesktop.ModemManager1.Messaging
org.freedesktop.ModemManager1.USSD
org.freedesktop.NetworkManager.enable-disable-network
org.freedesktop.NetworkManager.enable-disable-wifi
etc.

Le plus simple est d’autoriser toutes les actions, en testant seulement l’appartenance de l’utilisateur au groupe wheel. Placer un fichier JavaScript d’extension .rules dans /etc/polkit-1/rules.d, nommé par exemple 55-allowing-all-actions.rules :

FILE /etc/polkit-1/rules.d/55-allowing-all-actions.rulesRègle policy kit générale
polkit.addRule (function (action, subject)
{
  if (subject.isInGroup ("wheel"))
  {
    return polkit.Result.YES;
  }
});

Pour n’autoriser que certaines actions, leurs noms doivent être précisés. Pour autoriser un membre du groupe wheel à suspendre, hiberner, éteindre et redémarrer le système, créer un fichier 55-allowing-actions.rules contenant :

FILE /etc/polkit-1/rules.d/55-allowing-actions.rulesRègles policy kit particulières
polkit.addRule (function (action, subject)
{
  if (action.id == "org.freedesktop.upower.hibernate" ||
      action.id == "org.freedesktop.upower.suspend" ||
      action.id == "org.freedesktop.consolekit.system.stop" ||
      action.id == "org.freedesktop.consolekit.system.restart" &&
      subject.isInGroup ("wheel"))
      {
        return polkit.Result.YES;
      }
});

Des actions très diverses peuvent être autorisées : changer des profils de couleurs, utiliser Nemo (le gestionnaire de fichiers de Cinnamon) en tant que root, monter ou éjecter des volumes, régler la luminosité de l’écran, utiliser NetworkManager, changer le font d’écran, etc. Plusieurs blocs polkit.addRule (function (action, subject){ … }); peuvent se succéder.

Important
Le fichier /etc/polkit-1/rules.d/50-default.rules existe déjà. Les noms des fichiers ajoutés doivent commencer par un nombre plus grand que 50, 55 par exemple, pour être traités après 50-default.rules. Ne pas créer de fichier qui serait traité avant, dont le nom commencerait avec 45 par exemple.

Lancement de Cinnamon

Sans gestionnaire de login, créer dans le répertoire utilisateur un fichier .xinitrc pour lancer les sessions ConsoleKit, D-Bus et Cinnamon :

FILE ~/.xinitrcInstructions de lancement de Cinnamon
exec ck-launch-session dbus-launch cinnamon-session

Pour lancer Xorg et Cinnamon, exécuter la commande startx après login :

user $startx

Avec un gestionnaire de login, suivre les instructions le concernant.

Apparence

Icônes Mint-X

Cinnamon est installé avec les icônes de Gnome. Les icônes Mint-X se trouvent sur GitHub. Les télécharger, décompresser et placer dans /usr/share/icons :

root #mv cheminVersArchiveDécompressée/mint-x-icons-master/usr/share/icons/Mint-X /usr/share/icons/Mint-X

Puis faire un cache de ces icônes :

root #gtk-update-icon-cache /usr/share/icons/Mint-X

Le nouveau jeu d’icônes peut être sélectionné dans le Centre de contrôle de Cinnamon. Les icônes Mint-X sont vertes, des jeux d’autres couleurs peuvent être installés comme Mint-X-Grey ou Mint-X-Orange. Leur faire un cache également.

Important
Toujours installer le jeu Mint-X, avec ou sans jeux d’autres couleurs, qui dépendent de celui-ci.

Couleur du texte des icônes du bureau

Note
La couleur du texte des icônes du bureau est maintenant blanche avec Cinnamon 2.6.13, ce chapitre concerne les versions précédentes de Cinnamon… et reste une bonne introduction à la modification du thème de celui-ci.

Par défaut la couleur du texte des icônes du bureau de Cinnamon est noire, ce qui n’est pas toujours lisible. La manière de la changer dépend de la version de GTK+ 3 utilisée par le système. Pour connaître cette version :

user $emerge --info x11-libs/gtk+
  • Pour les versions de GTK+ inférieures à 3.13.3, le paramétrage est fait pour tout le système. On change la couleur du texte en insérant des règles CSS dans le fichier /usr/share/themes/Adwaita/gtk-3.0/gtk.css (Adwaita est le thème par défaut de GTK+), après la ligne @import :
FILE /usr/share/themes/Adwaita/gtk-3.0/gtk.cssRègles CSS pour GTK+ < 3.13.3
@import url("resource:///org/gnome/adwaita/gtk-main.css");
 
/* règles CSS ajoutées */
.nemo-desktop.nemo-canvas-item {
  color: #fff;  /* #fff est le blanc en couleurs web, #333 serait un gris foncé */
}
 
.nemo-desktop.nemo-canvas-item:selected {
  background-color: alpha (#fff, 0.2);  /* 0.2 est le niveau de transparence */
}
La 2e règle concerne une icône du bureau sélectionnée et peut être modifiée pour une autre couleur de fond, pour un autre niveau de transparence.
  • Pour les versions de GTK+ supérieures à 3.13.3 le réglage se fait pour chaque utilisateur, dans son répertoire personnel. Adwaita a remplacé Raleigh comme thème de GTK+. Le fichier à modifier est ~/.config/gtk-3.0/gtk.css (le créer si besoin), qui ne comporte plus de ligne @import. En plus dans cet exemple la barre latérale gauche de Nemo est colorée en gris :
FILE ~/.config/gtk-3.0/gtk.cssRègles CSS pour GTK+ ≥ 3.13.3
.nemo-desktop.nemo-canvas-item {
  color: #fff;
}
 
.nemo-desktop.nemo-canvas-item:selected {
  background-color: alpha (#fff, 0.2);
}
 
NemoWindow .sidebar, NemoWindow .sidebar .view {
  background-color: #444;
  color: #eee; /* gris clair */
}

Thèmes Mint-X

Bien sûr Cinnamon est installé avec le thème Cinnamon… Des thèmes Mint-X sont sur GitHub. Si besoin les télécharger, décompresser et copier dans /usr/share/themes, ils pourront être choisis dans le Centre de contrôle de Cinnamon.

Configurer les thèmes

Presque tous les paramètres d’un thème peuvent être modifiés dans le fichier cinnamon.css du thème concerné.

Exemple avec le thème Cinnamon, qui ne se trouve pas dans /usr/share/themes mais dans /usr/share/cinnamon/theme. Commencer par copier le répertoire de ce thème dans un sous-répertoire du dossier ~/.themes d’un utilisateur, nommé par exemple autre-cinnamon, ce qui sera le nom du nouveau thème :

root #mkdir /home/nomUtilisateur/.themes/autre-cinnamon
root #cp -R /usr/share/cinnamon/theme /home/nomUtilisateur/.themes/autre-cinnamon/cinnamon
root #chown -R nomUtilisateur:nomUtilisateur /home/nomUtilisateur/.themes/autre-cinnamon

Éditer ~/.themes/autre-cinnamon/cinnamon/cinnamon.css. Les changements effectués peuvent être vus rapidement en sélectionnant un autre thème, puis en re-sélectionnant le thème en cours d’édition.

Applications usuelles

Terminaux

Applications Gnome

Beaucoup d’applications sont disponibles, venant souvent de Gnome et fonctionnant sous Cinnamon.


root #emerge --ask gnome-extra/gnome-calculator media-gfx/gnome-screenshot media-gfx/eog app-text/evince gnome-extra/gnome-system-monitor app-arch/file-roller app-cdr/brasero app-editors/gedit

Applications non-Gnome

Fonctionnant aussi sous Cinnamon:


Compiler app-text/qpdfview et media-video/vlc avec la variable USE qt4 ou qt5 pour installer leur interface utilisateur.

Dépannage

Si des problèmes surviennent essayer d’accéder aux messages d’erreur, qui peuvent être affichés sur un terminal séparé (par SSH) ou trouvés dans un fichier de journalisation. Ils seront affichés sur la console si Cinnamon est lancé en ligne de commande plutôt que par un gestionnaire de login. Le fichier de journalisation d’Xorg est /var/log/Xorg.0.log.

Si les messages d’erreur ou d’avertissement ne suffisent pas au dépannage, lancer Cinnamon avec le paramètre --debug pour obtenir des messages plus détaillés :

FILE ~/.xinitrcLancement de Cinnamon en mode debug
exec cinnamon-session --debug

Si Cinnamon n’arrive pas à démarrer, la suppression ou le renommage du dossier ~/.cinnamon ne suffit pas. D’autres éléments de Gnome ou Cinnamon doivent être supprimés ou renommés avant redémarrage du serveur X, dans les répertoires ~/.cache, ~/.config et ~/.local. ~/.gnome2 peut être supprimé entièrement ou renommé.

Voir également

Ressources externes