Handbook:PPC64/Installation/Stage/fr

From Gentoo Wiki
Jump to: navigation, search
This page is a translated version of the page Handbook:PPC64/Installation/Stage and the translation is 100% complete.

Other languages:
Deutsch • ‎English • ‎español • ‎français • ‎polski • ‎русский • ‎українська • ‎中文(中国大陆)‎ • ‎日本語 • ‎한국어
Sommaire du manuel
Installation
‎À propos de l'installation
Choix du support
Configurer le réseau
Préparer les disques
Installer l'archive stage3
Installer le système de base
Configurer le noyau
Configurer le système
Installer les outils
Configurer le système d'amorçage
Finaliser
Utiliser Gentoo
Introduction à Portage
Les options de la variable USE
Les fonctionnalités de Portage
Scripts d'initialisation systèmes
Variables d'environnement
Utiliser Portage
Fichiers et répertoires
Les variables
Mélanger plusieurs branches logicielles
Outils supplémentaires
Dépôt personnalisé
Fonctionnalités avancées
Configuration du réseau
Bien démarrer
Configuration avancée
Les modules réseau
Sans fil
Ajouter des fonctionnalités
Gestion dynamique


Installation d'une archive tar

Réglage de la date et de l'heure

Avant d'installer Gentoo, il est bon de s'assurer que la date et l'heure soit réglées correctement. Une horloge mal configurée peut entraîner des résultats plutôt étranges, c'est pourquoi les fichiers systèmes doivent être extraits avec des horodatages précis. En fait, en raison de plusieurs sites Web et services utilisant des communications cryptées (SSL/TLS), il peut ne pas être possible de télécharger les fichiers d'installation si l'horloge système est trop déréglée !

Vérifiez la date et l'heure actuelle avec la commande date :

root #date
Mon Oct  3 13:16:22 PDT 2016

Si la date affichée est incorrecte, la mettre à jour en utilisant l'une des méthodes ci-dessous.

Remarque
Les cartes mères qui n'incluent pas une horloge en temps réel (Real-Time Clock (RTC)) doivent être configurées de façon à automatiquement synchroniser l'horloge système avec un serveur de temps. Cela est également vrai pour les systèmes qui incluent une RTC mais ont une batterie défaillante.

Automatiquement

Le support officiel d'installation de Gentoo inclut la commande ntpd (disponible avec le paquet net-misc/ntp) et un fichier de configuration pointant vers les serveur de temps de ntp.org. Il est ainsi possible de synchroniser l'heure du système à l'heure UTC mais cette méthode nécessite une configuration du réseau fonctionnelle et peut ainsi être inutilisable sous certaines architectures.

Attention !
La synchronisation automatique vient à un prix. Elle révélera l'adresse IP du système et des informations spécifiques sur le réseau à un serveur de temps (dans le cas de l’exemple ci-dessous, au serveur ntp.org). Les utilisateurs ayant des problèmes de confidentialité doivent en être conscients avant de régler l'horloge système en utilisant la méthode ci-dessous.
root #ntpd -q -g

Manuellement

La commande date peut également être utilisée pour effectuer un réglage manuel de l'horloge du système. Utilisez la syntaxe MMJJhhmmAAAA (Mois, Jour, heure, minute, Année).

L'heure UTC est recommandée pour tous les systèmes Linux. Plus loin dans l'installation un fuseau horaire sera défini. Cela modifiera l'affichage de l'horloge à une heure locale.

Par exemple, pour régler la date au 3 Octobre 2016 à 13:16 :

root #date 100313162016

Choix d'une archive tar

Multilib (32 et 64 bits)

Choisir une archive tar pour le système peut faire économiser beaucoup de temps plus tard dans le processus d'installation, notamment quand il est temps de choisir un profil système. Le choix d'une archive tar impactera directement la configuration future du système et peut éviter les maux de tête dans le futur. L'archive multilib utilise des bibliothèques 64 bits lorsque cela est possible et ne se replie que sur de versions 32 bits pour régler des problèmes de compatibilité. C'est une option excellente pour la majorité des installations car elle permet une grande flexibilité de personnalisation par le futur. Ceux qui souhaitent leur système capable de changer facilement de profil devraient télécharger l'archive tar multilib pour leur architecture de processeur respective.

La plupart des utilisateurs ne devrait pas utiliser les options d'archive tar 'avancées' ; elles existent pour des configurations logicielles et matérielles spécifiques.

No-multilib (64 bits pur)

Choisir une archive tar non multilib en tant que base du système fournit un environnement de système d'exploitation 64 bits complet. Cela rend la possibilité de passer vers des profils multilib improbable, mais possible. Il est fortement conseillé aux utilisateurs démarrant avec Gentoo de ne pas choisir une archive tar non multilib à moins que cela ne soit absolument nécessaire.

Attention !
La migration d'un système non-multilib vers un système multilib nécessite une connaissance avancée du fonctionnement de Gentoo et de la chaîne d'outils de niveau inférieur (cela peut même faire frémir nos développeurs Toolchain). Ce n'est pas pour les faibles de cœur et cela dépasse largement la portée de ce guide.

Téléchargement de l'archive tar

Accédez au point de montage de Gentoo où se trouve le système de fichier racine (probablement /mnt/gentoo) :

root #cd /mnt/gentoo

En fonction du support d'installation, le seul outil nécessaire au téléchargement d'une archive tar est un navigateur web.

Navigateurs graphiques

Ceux utilisant un environnement avec des navigateurs Internet graphiques n'auront aucun problème à copier l'adresse d'une archive tar depuis la section téléchargements du site principal. Sélectionnez simplement l'onglet approprié, clique-droit sur le lien vers l'archive tar, ensuite Copier l'adresse du lien pour copier le lien vers le presse-papiers, puis collez le lien à l'utilitaire wget en ligne de commande pour télécharger l'archive tar :

root #wget <URL_DE_L_ARCHIVE_COLLEE>

Navigateurs en ligne de commande

Les lecteurs plus traditionnels ou utilisateurs de Gentoo 'vieux jeu', travaillant exclusivement depuis la ligne de commande peuvent préférer l'utilisation de links, un navigateur non graphique et orienté menus. Pour télécharger une archive tar, naviguez vers la liste des miroirs Gentoo comme suit :

root #links https://www.gentoo.org/downloads/mirrors/

Pour utiliser un proxy HTTP avec links, passez l’URL avec l'option http-proxy :

root #links -http-proxy proxy.server.com:8080 https://www.gentoo.org/downloads/mirrors/

Outre links, il y a également le navigateur lynx. Comme links c'est un navigateur non graphique mais celui là n'est pas orienté menus.

root #lynx https://www.gentoo.org/downloads/mirrors/

Si un proxy est nécessaire, exportez les variables http_proxy et/ou ftp_proxy :

root #export http_proxy="http://proxy.server.com:port"
root #export ftp_proxy="http://proxy.server.com:port"

Sur la liste de miroirs, choisissez-en un à proximité. En général les miroirs HTTP suffisent, mais d'autres protocoles sont également disponibles. Naviguez vers le répertoire releases/ppc64/autobuilds/. Ici, toutes les archives tar disponibles sont affichées (elles peuvent être stockées dans des sous-répertoires nommés après les différents types d'architectures). Sélectionnez-en une et appuyez sur la touche d pour la télécharger.

Une fois le téléchargement de l'archive terminé, il es possible d'en vérifier l'intégrité et d'en valider son contenu. Les intéressés peuvent passer à la section suivante.

Ceux qui ne sont pas intéressés peuvent fermer le navigateur en ligne de commande en appuyant sur la touche q et peuvent aller directement à la section Extraction de l'archive tar.

Vérifier et valider

Remarque
Certaines archives sont distribuées par compression xz. Lors du téléchargement d'une archive se terminant par .tar.xz, veillez à modifier le nom du fichier .tar.bz2 dans les commandes suivantes.

Comme pour les CDs d'installation, il est possible de vérifier et de valider l'archive tar téléchargée. Bien que ces étapes peuvent être sautées, ces fichiers sont proposés pour les utilisateurs qui se soucient de la légitimité des fichiers qu'ils viennent de télécharger.

  • Un fichier .CONTENTS contient la liste de tous les fichiers contenus dans l'archive tar.
  • Un fichier .DIGESTS contient les sommes de contrôle de l'archive tar dans plusieurs algorithmes différents.
  • Un fichier .DIGESTS.asc qui, comme le fichier .DIGESTS, contient les sommes de contrôle de l'archive tar dans plusieurs algorithmes, mais qui est aussi signé de manière cryptographique afin de s'assurer qu'il soit bien fournit par le projet Gentoo.

Utilisez openssl et comparez les résultats avec les sommes de contrôle fournies par les fichiers .DIGESTS ou .DIGESTS.asc.

Par exemple, pour vérifier la somme de contrôle SHA512 :

root #openssl dgst -r -sha512 stage3-ppc64-<release>.tar.?(bz2|xz)

Un autre façon de faire est d'utiliser la commande sha512sum :

root #sha512sum stage3-ppc64-<release>.tar.?(bz2|xz)

Pour vérifier la somme de contrôle Whirlpool :

root #openssl dgst -r -whirlpool stage3-ppc64-<release>.tar.?(bz2|xz)

Comparez le résultat de ces commandes avec les valeurs enregistrées dans les fichiers .DIGESTS(.asc). Les valeurs doivent être identiques, sinon les fichiers téléchargés (ou le fichier digest) peuvent être corrompus.

Tout comme pour le fichier ISO, il est également possible de vérifier la signature cryptographique du fichier .DIGESTS.asc en utilisant gpg afin de s'assurer que les sommes de contrôle n'aient pas été modifiées :

root #gpg --verify stage3-ppc64-<release>.tar.?(bz2|xz){.DIGESTS.asc,}

Extraction de l'archive tar

Maintenant, extraire l'archive téléchargée sur le système. Pour ce faire, utilisez la commande tar :

root #tar xpvf stage3-*.tar.bz2 --xattrs-include='*.*' --numeric-owner

Assurez-vous que les mêmes options (xpf et --xattrs-include='*.*') sont utilisées. Le x signifie extraire, le p pour préserver les permissions et le f pour signifier que l'on veut extraire un fichier (et non l'entrée standard). --xattrs-include='*.*' permet de conserver les attributs étendus contenus dans tous les espaces de noms de l'archive. Finalement, --numeric-owner est utilisé afin d'assurer que les identifiants de groupe et d'utilisateur des fichiers extraits de l'archive restent les mêmes que ceux voulus par l'équipe de Gentoo (même si certains utilisateurs aventureux n'utilisent pas le support d'installation officiel de Gentoo).

Maintenant que l'archive est extraite, continuez avec la Configuration des options de compilation.

Configuration des options de compilation

Introduction

Pour optimiser Gentoo, il est possible de configurer un certain nombre de variables qui influent que le comportement de Portage, le gestionnaire de paquets officiel de Gentoo. Toutes ces variables peuvent être configurées en tant que variable d'environnement (en utilisant export) mais cela n'est pas permanent. Afin de conserver les configurations, Portage lit dans le fichier /etc/portage/make.conf, un fichier de configuration de Portage.

Remarque
Une liste commentée de toutes les variables possibles se trouve dans /mnt/gentoo/usr/share/portage/config/make.conf.example. Pour avoir une installation de Gentoo fonctionnelle, seules les variables mentionnées ci-dessous ont besoin d'être configurées.

Lancez un éditeur (dans ce guide nous utiliserons nano) pour modifier les variables d’optimisation décrites ci-dessous.

root #nano -w /mnt/gentoo/etc/portage/make.conf

En regardant dans le fichier make.conf.example, la manière dans laquelle le fichier doit être structuré est évidente : les lignes commentées démarrent par "#", les autres lignes définissent des variables en utilisant la syntaxe VARIABLE="contenu". Plusieurs de ces variables sont présentées par la suite.

CFLAGS et CXXFLAGS

Les variables CFLAGS et CXXFLAGS définissent les paramètres d'optimisation des compilateurs GCC C et C++, respectivement. Bien que ces variables soient généralement définies ici, il est possible, pour une performance maximale, d'optimiser ces paramètres pour chaque programme séparément. La raison pour cela est que chaque programme est différent. Cependant, ceci n'est pas gérable, d'où la définition de ces paramètres dans le fichier make.conf.

Dans make.conf il faut définir les paramètres d'optimisation qui rendront le système le plus réactif en général. Ne pas utiliser de configuration expérimentale dans cette variable ; trop d'optimisation peut faire que les programmes se comportent mal (plantage, ou pire, malfonctionnement).

Nous n'expliquerons pas toutes les options d'optimisation possibles. Pour les comprendre toutes, lire le manuel en ligne de GCC (en anglais) ou la page d'infos de gcc (info gcc - fonctionne seulement sur un système Linux). Le fichier make.conf.example contient également de lui-même beaucoup d'exemples et d'informations ; ne pas oublier de le lire également.

Un première configuration est le paramètre -march= ou -mtune=, qui spécifie le nom de l'architecture cible. Les options possibles sont décrites dans le fichier make.conf.example (en tant que commentaires). Une valeur souvent utilisée est native, qui informe au compilateur de sélectionner l'architecture cible du système utilisé (celui sur lequel est installé Gentoo).

Un second paramètre est -O (un O majuscule et non un zéro), qui permet de spécifier la classe des paramètres d'optimisation de gcc. Les classes disponibles sont s (optimisé pour la taille), 0 (zéro - pour pas d'optimisations), 1, 2 ou même 3 pour plus d'optimisations de vitesse (chaque classe à les mêmes paramètres que la précédente plus quelques extras). -O2 est le défaut recommandé. -O3 est connu pour causer des problèmes quand utilisé pour tout le système, nous recommandons donc de rester avec -O2.

Un autre paramètre d'optimisation populaire est -pipe (qui permet l'utilisation de pipes à la place de fichiers temporaires pour la communication entre les différentes étapes de la compilation). Ce n'a aucun impact sur le code généré, mais utilise plus de mémoire. Sur des systèmes disposant de peu de mémoire vive, gcc peut être tué. Dans ce cas, ne pas utiliser ce paramètre.

Utiliser -fomit-frame-pointer (qui ne garde pas la structure des pointeurs dans un registre pour les fonctions qui n'en ont pas besoin) peut avoir des répercussions importantes sur le débogage des programmes.

Quand les variables CFLAGS et CXXFLAGS sont définies, combinez les paramètres d'optimisation multiples dans une seule chaîne de caractères. Les valeurs par défaut contenues dans l'archive d'étape 3 qui est extraite devraient être suffisantes. Les valeurs suivantes ne sont qu'un exemple :

CODE Exemple des variables CFLAGS et CXXFLAGS
# Options de compilation pour tous les langages
COMMON_FLAGS="-O2 -pipe"
# Utiliser les mêmes paramètres pour les deux variables
CFLAGS="${COMMON_FLAGS}"
CXXFLAGS="${COMMON_FLAGS}"
Conseil
Bien que l'article d'optimisation de GCC possède plus d'informations sur comment les différentes options de compilation affectent un système, l'article Safe CFLAGS peut se révéler plus pratique pour permettre aux débutants d'optimiser leurs systèmes.

MAKEOPTS

La variable MAKEOPTS définit combien de compilations parallèles peuvent se dérouler lors de l'installation d'un paquet. Un bon choix est le nombre de CPUs (ou cœurs du CPU) dans le système plus un, mais cette recommandation n'est pas toujours parfaite.

CODE Exemple de déclaration de MAKEOPTS dans make.conf
MAKEOPTS="-j2"

A vos marques, prêts, partez !

Mettez à jour le fichier /mnt/gentoo/etc/portage/make.conf en fonction de vos préférences personnelles et enregistrez le (les utilisateurs de nano appuieront sur Ctrl+X).

Puis, continuez avec l'installation du système de base Gentoo.