Handbook:IA64/Installation/Kernel/fr

From Gentoo Wiki
Jump to: navigation, search
This page is a translated version of the page Handbook:IA64/Installation/Kernel and the translation is 100% complete.

Other languages:
Deutsch • ‎English • ‎español • ‎français • ‎polski • ‎português do Brasil • ‎русский • ‎українська • ‎中文(中国大陆)‎ • ‎日本語 • ‎한국어
Sommaire du manuel
Installation
‎À propos de l'installation
Choix du support
Configurer le réseau
Préparer les disques
Installer l'archive stage3
Installer le système de base
Configurer le noyau
Configurer le système
Installer les outils
Configurer le système d'amorçage
Finaliser
Utiliser Gentoo
Introduction à Portage
Les options de la variable USE
Les fonctionnalités de Portage
Scripts d'initialisation systèmes
Variables d'environnement
Utiliser Portage
Fichiers et répertoires
Les variables
Mélanger plusieurs branches logicielles
Outils supplémentaires
Dépôt personnalisé
Fonctionnalités avancées
Configuration du réseau
Bien démarrer
Configuration avancée
Les modules réseau
Sans fil
Ajouter des fonctionnalités
Gestion dynamique


Installer les sources

Le cœur de toute distribution est le noyau Linux. C'est la couche située entre les programmes utilisateurs et le matériel du système. Gentoo propose à ses utilisateurs plusieurs sources du noyau possibles. Une liste complète des sources, avec description, est disponible sur la page Noyau - Vue d'ensemble.

Pour les systèmes basés sur l'architecture ia64, Gentoo recommande l'utilisation du paquet sys-kernel/gentoo-sources.

Choisir les sources du noyau appropriées et les installer avec emerge :

root #emerge --ask sys-kernel/gentoo-sources

Cela installera les sources du noyau Linux dans le répertoire /usr/src/, dans lequel un lien symbolique appelé linux pointera vers les sources du noyau installées :

root #ls -l /usr/src/linux
lrwxrwxrwx    1 root   root    12 Oct 13 11:04 /usr/src/linux -> linux-3.16.5-gentoo

Il est maintenant temps de configurer et de compiler les sources du noyau. Il y a deux façons de faire :

  1. Le noyau est configuré et compilé manuellement.
  2. Un outil appelé genkernel est utilisé afin de configurer, compiler et installer automatiquement le noyau Linux.

La configuration manuelle est expliquée ici car elle permet une meilleur optimisation de l'environnement.

Défaut: Configuration manuelle

Introduction

Configurer manuellement un noyau est souvent considéré comme l'une des procédures des plus difficiles qu'un utilisateur de Linux ait à réaliser. Rien n'est mon vrai - après avoir configuré quelques noyaux, plus personne ne se rappelle que c'était difficile.

Cependant, une chose est vraie : c'est vital de connaître le système quand un noyau est configuré manuellement. La plupart des informations nécessaires peuvent être recueillies en installant le paquet sys-apps/pciutils qui contient la commande lspci :

root #emerge --ask sys-apps/pciutils
Remarque
À l'intérieur d'un chroot, il est possible d'ignorer sans risque toutes les mises en garde (du genrepcilib: cannot open /sys/bus/pci/devices) que lspci pourrait afficher.

Un autre source d'information est d'exécuter la commande lsmod pour voir quels modules du noyau sont utilisés par le média d'installation afin de savoir quoi activer plus tard.

Il est maintenant temps d'accéder au répertoire source du noyau et d'exécuter make menuconfig. Cela lancera un menu de configuration.

root #cd /usr/src/linux
root #make menuconfig

La configuration du noyau Linux comporte beaucoup, beaucoup de sections. Voici une liste des options qui doivent être activées (sinon Gentoo ne fonctionnera pas, ou incorrectement, sans modifications supplémentaires). Il existe également un guide de configuration du noyau Gentoo sur le wiki pouvant apporter plus d'informations.

Activation des options indispensables

Bien s'assurer que tous les pilotes indispensables au démarrage du système (comme le contrôleur SCSI, etc.) soient compilés dans le noyau et non en tant que module, sinon le système de pourra pas démarrer correctement.

Ensuite, sélectionner le type exact du processeur. Il est également recommandé d'active les fonctionnalités MCE (si disponibles) afin que les utilisateurs puissent être notifiés de tout problème matériel. Sur certaines architectures (telles que x86_64), ces erreurs se sont pas affichées dans dmesg, mais dans /dev/mcelog. Cela nécessite le paquet app-admin/mcelog.

Aussi, sélectionner Maintain a devtmpfs file system to mount at /dev afin que le fichiers critiques des périphériques soient disponible au début du processus de démarrage. (CONFIG_DEVTMPFS and CONFIG_DEVTMPFS_MOUNT) :

KERNEL Activer le support pour devtmpfs
Device Drivers --->
  Generic Driver Options --->
    [*] Maintain a devtmpfs filesystem to mount at /dev
    [ ]   Automount devtmpfs at /dev, after the kernel mounted the rootfs

Vérifier que le support pour les disques SCSI soit activé (CONFIG_BLK_DEV_SD):

KERNEL Activer le support pour les disques SCSI
Device Drivers --->
   SCSI device support  --->
      <*> SCSI disk support

Maintenant, aller dans File Systems et sélectionner la prise en charge des systèmes de fichiers qui seront utilisés. Attention, ne pas compiler le système de fichier utilisé par le système de fichier racine an tant que module, sinon Gentoo sera incapable de monter la partition. Aussi, sélectionner Virtual memory et /proc file system. Sélectionner également une ou plusieurs des options suivantes selon le système (CONFIG_EXT2_FS, CONFIG_EXT3_FS, CONFIG_EXT4_FS, CONFIG_MSDOS_FS, CONFIG_VFAT_FS, CONFIG_PROC_FS, and CONFIG_TMPFS) :

KERNEL Sélectionner les systèmes de fichiers nécessaires
File systems --->
  <*> Second extended fs support
  <*> The Extended 3 (ext3) filesystem
  <*> The Extended 4 (ext4) filesystem
  <*> Reiserfs support
  <*> JFS filesystem support
  <*> XFS filesystem support
  <*> Btrfs filesystem support
  DOS/FAT/NT Filesystems  --->
    <*> MSDOS fs support
    <*> VFAT (Windows-95) fs support
 
Pseudo Filesystems --->
    [*] /proc file system support
    [*] Tmpfs virtual memory file system support (former shm fs)

Si PPPoE, ou un modem analogique, est utilisé pour se connecter à Internet, activer les options suivantes(CONFIG_PPP, CONFIG_PPP_ASYNC, and CONFIG_PPP_SYNC_TTY) :

KERNEL Sélectionner les pilotes PPPoE nécessaires
Device Drivers --->
  Network device support --->
    <*> PPP (point-to-point protocol) support
    <*>   PPP support for async serial ports
    <*>   PPP support for sync tty ports

Les deux options de compression ne poseront pas de problème mais elle ne sont définitivement pas indispensables, pas plus que l'option de PPP sur Ethernet qui ne sera probablement utilisée que si configurée pour faire du mode PPPoE via le noyau.

Ne pas oublier d'inclure dans le noyau le support pour les cartes réseau (Ethernet ou sans fil).

La plupart des système possèdent également plusieurs cœurs à leur disposition, il est donc important d'activer l'option Symmetric multi-processing support (CONFIG_SMP) :

KERNEL Activer le support pour SMP
Processor type and features  --->
  [*] Symmetric multi-processing support
Remarque
Dans les systèmes multi-cœur, chaque cœur compte comme un processeur.

Si des périphériques d'entrée USB (comme un clavier ou une souris), ou d'autres périphériques USB seront utilisés, ne pas oublier d'en activer le support (CONFIG_HID_GENERIC and CONFIG_USB_HID, CONFIG_USB_SUPPORT, CONFIG_USB_XHCI_HCD, CONFIG_USB_EHCI_HCD, CONFIG_USB_OHCI_HCD) :

KERNEL Activation du support pour les périphériques USB
Device Drivers --->
  HID support  --->
    -*- HID bus support
    <*>   Generic HID driver
    [*]   Battery level reporting for HID devices
      USB HID support  --->
        <*> USB HID transport layer
  [*] USB support  --->
    <*>     xHCI HCD (USB 3.0) support
    <*>     EHCI HCD (USB 2.0) support
    <*>     OHCI HCD (USB 1.1) support

Handbook:IA64/Blocks/Kernel/fr

Facultatif: Construire un fichier initramfs

Dans certains cas, il est nécessaire de créer une image initramfs - un système de fichier compressé chargé en mémoire lors du démarrage du système. La raison la plus courante est quand l'emplacement de systèmes de fichiers importants (comme /usr/ ou /var/) se trouve sur une partition séparée. Avec une image initramfs, ces partitions peuvent être montées en utilisant les outils disponibles dans l'image initramfs.

Sans initramfs, il y a un risque énorme que le système ne démarre pas car les outils responsables du montage des fichiers nécessaires au système ont besoin d'informations qui se trouvent sur ces systèmes de fichiers. Une image initramfs regroupe les fichiers nécessaires dans une archive qui est utilisée juste après le démarrage du noyau, mais avant que le contrôle ne soit donnée au système d'initialisation. Les scripts situés dans l'image initramfs vont s'assurer que les partitions soient correctement montées avant que le système de continue son démarrage.

Pour installer une image initramfs, commencer par installer sys-kernel/genkernel, puis l'utiliser pour générer une image initramfs :

root #emerge --ask sys-kernel/genkernel
root #genkernel --install initramfs

Afin d'activer un support spécifique dans l'image initramfs, tel que LVM ou RAID, ajouter les options appropriées à genkernel. Se référer à genkernel --help pour plus d'informations. Dans l'exemple suivant, le support pour LVM et RAID logiciel (mdadm) est activé :

root #genkernel --lvm --mdadm --install initramfs

L'image initramfs sera stockée dans /boot/. Le fichier résultant peut être trouvé en listant simplement les fichiers commençant par initramfs :

root #ls /boot/initramfs*

Maintenant, continuer avec les modules du noyau.

Alternative : Utiliser genkernel

Si une configuration manuelle semble trop intimidante, utiliser gernkernel est recommandé. Il se chargera de configurer, compiler et installer le noyau automatiquement.

genkernel fonctionne en configurant un noyau de manière quasi-identique à celle utilisée pour la configuration du noyau du média d'installation. Cela signifie que quand genkernel est utilisé pour construire le noyau, le système va généralement détecter tout le matériel lors du démarrage, comme il est fait par le média d'installation. Parce que genkernel ne nécessite aucune configuration manuelle du noyau, c'est un outil idéal pour les utilisateurs qui ne se sentent pas confortables dans l'idée de compiler leurs propres noyaux.

Il est maintenant temps de voir comment utiliser genkernel. D'abord, installer sys-kernel/genkernel :

root #emerge --ask sys-kernel/genkernel

Ensuite, éditer le fichier /etc/fstab de façon à ce que la ligne contenant /boot/ comme deuxième champ ait le premier champ indiquant le bon périphérique. Si l’exemple de partitionnement de ce manuel est suivi, alors ce périphérique est probablement et utilise le système de fichiers ext2. Cela ressemblerait donc à ceci :

root #nano -w /etc/fstab
FILE /etc/fstabConfigurer le point de montage /boot
/boot	ext2	defaults	0 2
Remarque
Plus loin dans l'installation de Gentoo, /etc/fstab sera reconfiguré. Le paramètre /boot est cependant nécessaire ici car l'application genkernel lit sa configuration.

Maintenant, compiler les sources du noyau en exécutant genkernel all. Attention, vu que genkernel compile un noyau qui supporte presque tout type de matériel, la compilation prendra un bon bout de temps avant de finir !

Remarque
SI la partition boot n'utilise pas le système de fichiers ext2 ou ext3, il peut être nécessaire de configurer le noyau en utilisant genkernel --menuconfig all et d'ajouter le support pour un système de fichiers spécifique dans le noyau (et non en tant que module). Les utilisateurs de LVM2 voudront probablement aussi ajouter l'argument --lvm.
root #genkernel all

Une fois que gernkernel est terminé, un noyau, en ensemble complet de modules et une image initramfs seront créés. Le noyau et l'image initramfs seront utilisés plus tard lors de la configuration d'un système d'amorçage, il est donc bon de noter les noms du noyau et de l'image initramfs. L'image initramfs sera lancée immédiatement après le démarrage pour effectuer une détection automatique du matériel (comme pour le média d'installation) avant le démarrage réel du système.

root #ls /boot/kernel* /boot/initramfs*

Les modules du noyau

Configurer les modules

Remarque
Il est facultatif de lister manuellement les modules matériels.udev chargera normalement tous les modules pour les matériels détectés comme étant connectés dans la plupart des cas. Cependant, il n'est pas préjudiciable que les modules automatiquement détectés soient listés. Quelquefois, un matériel exotique nécessite de l'aide pour charger ses pilotes.

Listez les modules qui doivent être chargés automatiquement dans les fichiers /etc/modules-load.d/*.conf, un module par ligne. Des options supplémentaires peuvent être ajoutées, si besoin, dans les fichiers /etc/modprobe.d/*.conf.

Pour voir tous les modules disponibles, exécuter la commande find suivante. Ne pas oublier de remplacer "<version noyau>" par la version du noyau venant d'être compilé.

root #find /lib/modules/<version noyau>/ -type f -iname '*.o' -or -iname '*.ko' | less

Par exemple, pour charger automatiquement le module 3c59x.ko (correspondant au pilote pour une carte réseau de la famille 3Com), éditez le fichier /etc/modules-load.d/network.conf et ajoutez-y le nom du module. Le nom du fichier n'a pas d'importance.

root #mkdir -p /etc/modules-load.d
root #nano -w /etc/modules-load.d/network.conf
FILE /etc/modules-load.d/network.confForcer le chargement du module 3c59x
3c59x

Continuer l'installation avec Configuration du système.

Facultatif: Installation de micrologiciels

Certains pilotes nécessite l'installation de micrologiciels supplémentaires sur le système pour fonctionner. C'est souvent le cas pour les interfaces réseau, notamment les interfaces réseau sans fil. Aussi, les cartes vidéos récentes, de vendeurs tels que AMD, NVidia, et Intel, nécessitent souvent des micrologiciels supplémentaires lors de l'utilisation du pilote libre. La plupart des micrologiciels se trouvent dans le paquet sys-kernel/linux-firmware :

root #emerge --ask sys-kernel/linux-firmware