Important: You are required to change your passwords used for Gentoo services and set an email address for your Wiki account if you haven't done so. See the full announcement and Wiki email policy change for more information.

genkernel/fr

From Gentoo Wiki
Revision as of 12:10, 10 December 2013 by FuzzyBot (Talk | contribs)

Jump to: navigation, search
Other languages:English 100% • ‎español 100% • ‎français 100% • ‎italiano 2% • ‎русский 100%

External resources

genkernel est utilisé pour automatiser le processus de compilation du noyau et du système de fichiers virtuel de démarrage (initramfs). Parmi les fonctionnalités citons :

  • la configuration des sources du noyau
  • la compilation de l'image compressée du noyau bzImage et sa copie dans /boot
  • la création d'un système de fichiers virtuel du démarrage (initramfs) et sa copie dans /boot
  • la création des liens symboliques dans /boot
  • l'ajout d'un contenu personnalisé au système de fichiers virtuel de démarrage (initramfs) comme par exemple les fichiers relatifs au chiffrage, les écrans d'attente, les modules supplémentaires et plus encore.
  • la compression de l'initramfs
  • la configuration du chargeur de démarrage

Installation

Pour installer le paquet sys-kernel/genkernel, commencez par sélectionner les options de la variable USE appropriées.


→ Information about USE flags
USE flag Default Recommended Description
crypt No No Obsolete USE flag. Use cryptsetup for LUKS support. (bug ##414523)
cryptsetup No No Enable support for Luks disk encryption using sys-fs/cryptsetup
ibm No No Add support for IBM ppc64 specific systems
selinux No No  !!internal use only!! Security Enhanced Linux support, this must be set by the selinux profile or breakage will occur

Ensuite, vous pouvez procéder à l'installation du paquet genkernel.

root # emerge --ask genkernel

Invocation de Genkernel

La forme générale de l'invocation de genkernel est la suivante :

root #
 genkernel [options ...] action

Options

Le comportement réel de genkernel dépend d'une grande variété d'options, dont la majorité peut être activée/désactivée dans le fichier /etc/genkernel.conf ou passer avec la commande. Les options passées en ligne de commande prévalent sur celles définies dans /etc/genkernel.conf. Ce fichier est très bien documenté. Nous examinerons néanmoins ici quelques unes des options les plus communes. Pour une information plus complète, reportez-vous aux commentaires du fichier /etc/genkernel.conf ou à la sortie de la commande man genkernel .

Note
Certaines options possèdent une variante qui déclenche un comportement inverse. Elle sont notées sous la forme --[no-]option_name, et l'effet inverse est noté entre crochets comme dans cet exemple :
CodeActiver ou désactiver une certaine option

--[no-]menuconfig : Activer [désactiver] ...
Lorsqu'une option possède seulement un effet négatif, le no-, ainsi que son effet, qui ne sont pas optionnels dans ce cas là, sont notés sans les crochets.

Options agissant sur l'interactivité de l'utilisateur

Les options de configuration listées ci-dessous permettent de décider comment interagir avec le processus de configuration. L'utilisateur peut même décider si le fichier de configuration sera ou pas sauvegardé. Les options suivantes sont les options de configuration de premier ordre :

--[no-]menuconfig
Active [ or désactive] la commande make menuconfig (qui invoque un menu interactif de configuration) avant de compiler le noyau.
--gconfig
fournit un outil de configuration du noyau qui dépend des bibliothèques GTK+. L'avantage de cette option est que la majorité des utilisateurs trouvent cette interface plus claire et facile à utiliser pour configurer le noyau, puisqu'elle utilise le système X-Window. Son inconvénient est que vous devez avoir X-Window pour l'utiliser, cela ne marchera pas dans une console en ligne de commande.
--xconfig
fournit un outil de configuration du noyau qui dépend des bibliothèques Qt. L'avantage de cette option est que la majorité des utilisateurs trouvent cette interface plus claire et facile à utiliser pour configurer le noyau, puisqu'elle utilise le système X-Window. Son inconvénient est que vous devez avoir X-Window pour l'utiliser, cela ne marchera pas dans une console en ligne de commande.
--[no-]save-config
sauvegarde [ou ne sauvegarde pas] la configuration du noyau dans un fichier situé dans le répertoire /etc/kernels pour une future utilisation.
--kernname=<NickName>
vous permet de nommer le noyau et le disque virtuel initial (initrd).qui seront copiés dans /boot, de sorte que les noms de fichier produits soient kernel-Nom-version et initramfs-Nom-version.

Options agissant sur le système résultant

Les options définies ici définissent quelles fonctionnalités, seront, ou ne seront pas, incluses dans le noyau et le système de fichiers virtuel de démarrage résultants.

--[no-]splash
Activates [or deactivates] support for Fbsplash framebuffer splash in the genkernel-built initrd image. To override the default theme used by fbsplash, use --splash=<PreferredTheme> (where <PreferredTheme> is the title of one of the directories inside the /etc/splash directory.
--splash-res=<PreferredResolution>
cette option vous permet de sélectionner les résolutions prise en charge par l'initrd au démarrage. Elle est utile pour deux raisons : d'abord, vous pouvez choisir quelles résolutions sont prises en charge spécifiquement par votre système, ensuite, vous réduisez la quantité d'espace occupée par l'initrd puisque ce dernier n'a plus à s'occuper des résolutions que vous n'utiliserez pas. Cependant, vous pouvez ignorer cette option si vous compilez un noyau pour un CD d'installation, ce qui permettra à bootsplash de prendre en charge toutes les résolutions.
--do-keymap-auto
force la sélection de l'arrangement de clavier lors du démarrage.
--lvm
inclut la prise en charge des volumes gérés par LVM2 grâce à des binaires statiques, s'ils sont disponibles. Les binaires (statiques) LVM2 en question sont compilés lorqu'ils manquent. Assurez-vous d'avoir installé le paquet lvm2 sur votre système avec emerge lvm2 avant d'activer cette option et d'avoir lu l'article LVM sur ce wiki.
--dmraid
inclut la prise en charge de DMRAID, l'outil qui crée des volumes RAID logiciels en utilisant le sous-système device-mapper du noyau. DMRAID découvre, active, désactive et affiche les propriétés des volumes RAID (ATARAID par exemple) ainsi que celles des partition DOS incluses.
--luks
inclut le support de Linux Unified Key Setup (LUKS). Cela vous permettra d'utiliser un périphérique chiffré par LUKS pour placer votre système de fichiers racine (/). Spécifiez alors au chargeur de démarrage le nom de ce périphérique via la variable crypt_root (real_root doit être le nom du périphérique une fois déchiffré par LUKS).
--disklabel
ajoute la prise en charge de disk label (étiquette de disque) and UUID (Identifiant Unique Universel) à votre disque virtuel initial (initrd).
--iscsi
ajoute la prise en charge de iSCSI à votre disque virtuel initial (initrd).
--multipath
ajoute la prise en charge de Multipath à votre disque virtuel initial (initrd).
--linuxrc=/path/to/your/linuxrc
spécifie un script linuxrc créé par l'utilisateur qui sera appelé lors de la phase de démarrage du noyau, avant le démarrage du système. (Un script linuxrc par défaut devrait se trouver dans /usr/share/genkernel/.) Ce script vous permet d'amorcer sur un petit noyau modulaire et de charger les pilotes requis (sous forme de modules) par le système avant le démarrage.
--cachedir=/path/to/alt/dir
remplace le chemin par défaut du cache utilisé pendant la compilation.
--tempdir=/path/to/new/tempdir
spécifie le chemin du répertoire temporaire utilisé par genkernel lors de la compilation du noyau.
--unionfs
inclut la prise en charge de Unification File System dans votre disque virtuel initial (initrd).
--mountboot
détecte si le répertoire /boot a besoin d'être monté en lisant le /etc/fstab et en y prenant les instructions sur la manière de le monter.

Options agissant sur le choix des outils utilisés pour la compilation

Les options suivantes sont prises en charge par genkernel, et sont passées aux applications concernées lors de la compilation et de l'assemblage du noyau. Ces options influent sur le choix des outils utilisés pendant le processus de compilation, quoi qu'à un niveau assez bas.

--kernel-cc=<unCompilateur>
ceci spécifie quel compilateur sera utilisé pour construire votre noyau
--kernel-ld=<unéditeurDeLiens>
ceci spécifie quel éditeur de liens sera utilisé dans la construction de votre noyau.
--kernel-as=<unAssembleur>
ceci spécifie quel assembleur sera utilisé pour construire votre noyau.
--kernel-make=<unMake>
ceci spécifie un utilitaire GNU make alternatif qui sera utilisé pour la construction de votre noyau.
--utils-cc=<unCompilateur>
ceci spécifie un compilateur qui sera utilisé pour construire les outils annexes.
--utils-ld=<unÉditeurDeLiens>
ceci spécifie un éditeur de liens utilisé dans la construction des outils annexes.
--utils-as=<unAssembleur>
ceci spécifie un assembleur qui sera utilisé pour construire les outils annexes.
--utils-make=<unMake>
ceci spécifie un utilitaire GNU make alternatif qui sera utilisé pour la construction des outils annexes..
--makeopts=-jX
spécifie le nombre de fils d'exécution concurrents que make peut utiliser pendant la compilation du noyau et des outils. La variable X est un nombre obtenu en ajoutant un (1) au nombre de processeurs du système. Pour un système monoprocesseur, la valeur appropriée serait -j2 . Un biprocesseur utiliserait -j3 et ainsi de suite. Un système monoprocesseur qui prend en charge la technologie Hyper-Threading™ (ou « HT ») peut utiliser la valeur -j3 , en supposant que le support du SMP (Symmetric Multi-Processing) soit activé dans le noyau au moment de la compilation.

Options agissant sur le processus de compilation

Les options suivantes ont généralement un effet lors de la compilation réelle.

--kerneldir=/chemin/vers/sources/
pour spécifier l'endroit où se trouvent les sources du noyau et ne pas utiliser l'emplacement par défaut /usr/src/linux/.
--kernel-config=/chemin/vers/fichier/config-file
pour spécifier l'endroit où se trouve le fichier de configuration et ne pas utiliser l'emplacement par défaut /path/to/sources/.config.
--module-prefix=/chemin/vers/modules prefix/
pour spécifier où installer les modules du noyau et ne pas utiliser l'emplacement par défaut/lib/modules.
--[no-]clean
lance [ou ne lance pas] make clean avant de compiler le noyau, ce qui efface toutes les dépendances et fichiers objets déjà présents.
--[no-]mrproper
lance [ou ne lance pas] make mrproper avant de compiler le noyau. Comme la commande make clean, make mrproper efface toutes les dépendances et fichiers objets de l'arborescence des sources du noyau, mais elle efface également les fichiers de configuration (tels que /path/to/sources/.config ou /path/to/sources/.config.old) .
--oldconfig
Lance la commande make oldconfig, qui essaira de collecter des informations de configuration pour votre architecture depuis un script générique situé dans /usr/share/genkernel. Ce processus n'est pas interactif ; aucune entrée de l'utilisateur n'est demandée. De plus, si --oldconfig est utilisé en même temps que --clean, cette dernière sera annulée, comme si on avait rajouté l'option --no-clean.
--callback="echo hello"
cette routine effectue un appel à l'argument spécifié (ici, echo Hello) après que le noyau et les modules correspondants aient été construits, mais avant de créer l'image initrd. C'est utile lorsque vous souhaitez installer des modules externes dans l'initrd en passant la commande emerge en argument et redéfinir de ce fait un nouveau groupe de modules genkernel.
--[no-]install
lance [ou ne lance pas] la commande make install, ce qui installe votre nouveau noyau, le fichier de configuration, l'image initrd et le System.map sur votre partition montée de boot. Les modules compilés seront aussi installés..
--no-ramdisk-modules
empêche la copie des modules dans l'image de disque intitial (initrd) créée par genkernel.
--all-ramdisk-modules
copie tous les modules disponibles dans l'image de disque initial (initrd) créée par genkernel.
--genzimage
crée l'image initrd avant l'image du noyau (cette bidouille ne s'applique actuellement qu'aux systèmes PPC Pegasos.)

Options de débogage

L'utilisation d'options de débogage pendant la compilation du noyau contrôle le nombre d'informations reportées, ainsi que la présentation de celles-ci.

--loglevel=<niveau de verbosité>
contrôle le niveau de verbosité des informations fournies par genkernel. La variable NiveauVerbosité doit être un nombre entier compris entre 0 et 5. Le niveau « 0 » représentant le minimum d'information, tandis qu'une valeur de « 5 » fournira le plus d'informations possible sur le déroulement des opérations.
--logfile=/chemim/vers/fichier/journal
ignore la valeur de --loglevel et renvoie toutes les informations produites par genkernel vers le fichier spécifié, qui est /var/log/genkernel.log par défaut.
--[no-]color
active [ou désactive] la sortie colorée des informations de débogage (celles reportées par genkernel).

Action

Une action passée avec la commande genkernel [options …] action indique à genkernel ce qu'il faut faire. Les actions prises en charge sont :

all
compile/construit toutes les étapes — le disque virtuel initial (initrd), l'image du noyau et les modules.
bzImage
ne compile/construit que l'image du noyau.
kernel 
ne compile/construit que l'image du noyau et les modules
initramfs
ne compile/construit que le disque virtuel initial(initramfs)
ramdisk
ne compile/construit que le disque virtuel initial(initramfs)

Utiliser Genkernel

Première invocation de Genkernel

Bien qu'il y ait plusieurs façons de lancer genkernel, la plus simple reste genkernel all. Une configuration générique qui marche correctement pour tous les systèmes sera alors utilisée. Comme mentionné précédemment, cette méthode n'est pas sans inconvénients. La plupart des modules compilés ne seront pas utilisés et la compilation prendra beaucoup de temps. L'illustration suivante montre une approche plus efficace, en passant certains paramètres à genkernel en tant qu'utilisateur root:

root # genkernel --splash --no-install --no-clean --menuconfig all

Cette opération indique à genkernel de créer un noyau avec un écran de démarrage (--splash) en tampon de trames (framebuffer) qui devra être installé à la main (--no-install). Dans la phase préparatoire de compilation, genkernel n'effacera pas les objets déjà compilés (--no-clean). Enfin, un menu de configuration sera affiché, permettant à l'utilisateur de choisir quels modules seront compilés (--menuconfig).

Remplacez --no-install par --install pour qu'il installe automatiquement le nouveau noyau dans /boot et spécifiez --symlink pour qu'il crée les liens symboliques pour vous. En utilisant le paramètre -- --mountboot , la partition /boot sera monté par genkernel automatiquement, si nécessaire.

Note
N'oubliez pas que le fichier /etc/genkernel.conf est lu par la commande genkernel lorsqu'elle démarre, et que toutes les options qui y sont définies, seront appliquées, sauf quand une option en ligne de commande contradictoire est passée.

Utiliser Genkernel pour modifier votre noyau

La première chose que vous devriez faire, c'est autoriser le lancement de make menuconfig dans le fichier /etc/genkernel.conf :

File/etc/genkernel.confForcer l'utilisation du menu de configuration dans /etc/genkernel.conf

# Lance  'make menuconfig' avant de compiler le noyau ?
MENUCONFIG="yes"

Gestion des fichiers par genkernel

Quand il utilise genkernel, l'utilisateur doit être conscient de quelques aspects concernant la gestion des fichiers de configuration et des fichiers image du noyau, ainsi que de la façon dont les sources du noyau sont manipulées par le système.

Fichiers sources utilisés par genkernel

Après une commande emerge -u gentoo-sources, chaque fois que de nouvelles sources sont disponibles, un nouveau dossier est créé pour les sources du noyau dans /usr/src/ pour les héberger. Normalement, le dossier des sources actives est pointé par le lien symbolique /usr/src/linux.

Le dossier /usr/src pourrait ressembler à ceci :

user $ ls -l /usr/src
total 16
lrwxrwxrwx  1 root root   19 21 mars   2013 linux -> linux-3.7.10-gentoo
drwxr-xr-x 24 root root 4096 25 août  10:39 linux-3.10.7-gentoo
drwxr-xr-x 20 root root 4096 21 avril 19:42 linux-3.7.10-gentoo
drwxr-xr-x 21 root root 4096 14 mars   2013 linux-3.7.9-gentoo
drwxr-xr-x  7 root root 4096 20 avril 17:06 rpm

Le lien symbolique linux peut être changé de différentes manières.

  • Si l'option symlink de la variable USE est définie dans /etc/portage/make.conf, le lien symbolique linux est automatiquement mis à jour pour pointer sur les nouvelles sources installées par la commande emerge. .
  • Si l'option de la variable USE évoquée ci-dessus n'est pas définie, l'utilisateur peut changer la destination du lien symbolique en utilisant la commande eselect kernel list .

Quoi qu'il en soit, genkernel utilise toujours les sources pointées par ce lien symbolique.

Fichiers de configuration du noyau utilisé par genkernel

Si une compilation du noyau a déjà été faite à partir des sources actives du noyau, il devrait y avoir un fichier dans le dossier /etc/kernels qui contient la configuration du noyau qui a été appliquée lors de la création de la dernière bzimage du noyau. Ce fichier est nommé par exemple kernel-config-x86_64-3.7.9-gentoo-r1; nom dans lequel il faut remplacer x86_64 par votre achitecture, 3.7.9 par la version des sources que vous utilisez et r1 par le numéro de divulgation de vos sources.

C'est ce fichier kernel-config-x86_64-3.7.9-gentoo-r1 qui est utilisé comme point de départ de la configuration lorsque vous lancez   genkernel --menuconfig all.

Si c'est la première fois que vous lancez genkernel, ou si la précédente configuration n'a pas été sauvegardée, ce fichier est remplacé par une configuration par défaut qui réside dans usr/share/genkernel/arch/x86_64/kernel-config (nom dans lequel x86_64 doit être remplacé par votre architecture réelle).

Note
Le chemin vers ce fichier de configuration par défaut peut être changé en définissant la variable DEFAULT_KERNEL_CONFIG dans le fichier /etc/genkernel.conf.
Sauvegarder la configuration compilée

Si l'option save-config de genkernel est activée, soit depuis la ligne de commande, soit dans /etc/genkernel.conf, la configuration compilée du noyau est sauvegardée (avec le nom donné ci-dessus) dans le dossier /etc/kernels. En même temps, la configuration est sauvegardée dans le fichier .config dans le dossier /usr/src/linux mais ce n'est pas ce fichier qui est réutilisé lors de l'exécution suivante de genkernel all.

Attention !
Il faut être conscient que , chaque fois que genkernel est exécuté avec l'option save-config de genkernel définie, le fichier de configuration dans /etc/kernels est écrasé. En conséquence, il est fortement recommandé de dupliquer ce fichier sous un nouveau nom avant d'exécuter genkernel pour le préserver.
Installer le noyau et le disque virtuel de démarrage dans le dossier /boot

L'action all spécifiée lors de l'invocation de genkernel, demande à genkernel d'installer les images du noyau et du système de fichiers virtuel de démarrage (initramfs) dans le dossier /boot . Afin de le faire d'une manière appropriée, définissez ce qui suit dans le fichier /etc/genkernel.conf :

File/etc/genkernel.confDéfinir l'auto-sauvegarde des images du noyau et de initramfs

# Monter BOOTDIR automatiquement s'il n'est pas monté ?
MOUNTBOOT="yes"
  
# Sauvegarder la nouvelle configuration dans /etc/kernels si
# la compilation réussit
SAVE_CONFIG="yes"
  
# Créer les liens symbolique dans  BOOTDIR automatiquement ?
SYMLINK="yes"
  
# Ajouter le nouveau noyau à  grub?
#BOOTLOADER="grub"
  • Le premier paramètre parle de lui-même.
  • Le second paramètre indique à genkernel de sauvegarder la configuration du noyau compilé dans /etc/kernels.
  • Les deux dernières options indiquent à genkernel de mettre la configuration de grub à jour. En pratique, voilà ce qui se passe :
    • si une image précédente du noyau avec le même nom existe déjà, elle est renommée en ajoutant .old à son nom. Un lien symbolique kernel.old est automatiquement créé qui pointe sur lui.
    • le nouveau noyau prend la place de tout noyau de même nom dans le dossier /boot. Si c'est la première fois que le noyau est compilé, un lien symbolique est automatiquement créé qui pointe sur le nouveau noyau.

Après l'exécution de la commande genkernel --menuconfig all, le dossier /boot pourrait ressembler à ceci :

user $ ls -al /boot
total 41336
drwxr-xr-x  3 root root    4096 20 avril 17:23 .
drwxr-xr-x 24 root root    4096 15 sept. 12:31 ..
lrwxrwxrwx  1 root root       1 24 févr.  2013 boot -> .
drwxr-xr-x  2 root root    4096 24 févr.  2013 grub
lrwxrwxrwx  1 root root      40 20 avril 17:23 initramfs -> initramfs-genkernel-x86_64-3.7.10-gentoo
-rw-r--r--  1 root root 1314412 20 avril 17:23 initramfs-genkernel-x86_64-3.7.10-gentoo
-rw-r--r--  1 root root 1313548 21 mars   2013 initramfs-genkernel-x86_64-3.7.10-gentoo.old
-rw-r--r--  1 root root 1295344 25 févr.  2013 initramfs-genkernel-x86_64-3.7.9-gentoo
-rw-r--r--  1 root root 3310324 25 févr.  2013 initramfs-genkernel-x86_64-3.7.9-gentoo.old
lrwxrwxrwx  1 root root      44 20 avril 17:23 initramfs.old -> initramfs-genkernel-x86_64-3.7.10-gentoo.old
lrwxrwxrwx  1 root root      37 20 avril 17:23 kernel -> kernel-genkernel-x86_64-3.7.10-gentoo
-rw-r--r--  1 root root 4866656 20 avril 17:23 kernel-genkernel-x86_64-3.7.10-gentoo
-rw-r--r--  1 root root 4866560 21 mars   2013 kernel-genkernel-x86_64-3.7.10-gentoo.old
-rw-r--r--  1 root root 4552288 25 févr.  2013 kernel-genkernel-x86_64-3.7.9-gentoo
-rw-r--r--  1 root root 3400736 25 févr.  2013 kernel-genkernel-x86_64-3.7.9-gentoo.old
lrwxrwxrwx  1 root root      41 20 avril 17:23 kernel.old -> kernel-genkernel-x86_64-3.7.10-gentoo.old

Configurer le chargeur de démarrage

Les liens symboliques présentées plus haut peuvent être utilisés pour configurer le chargeur de démarrage, de telle manière que même si le nouveau noyau n'est pas amorçable, l'utilisateur puisse toujours redémarrer sur l'ancien.

Pour permettre au nouvea noyau et au nouveau système de fichiers virtuel de démarrage produit par genkernel de fonctionner correctement, il faut fournir un minimum d'informations dans le fichier de configuration du chargeur de démarrage :

  • Ajoutez real_root=/dev/sdax aux paramètres passés à l'image du noyau, avec /dev/sdax pointant sur la partition racine.
  • Si splash est utilisé, ajoutez un mode line convenable tel que vga=0x317 aux paramètres passés au noyau et ajoutez aussi splash=verbose ou splash=silent selon la loquacité attendue dans le processus de démarrage.
  • Ajoutez l'information initrd information requise par le chargeur de démarrage. Consultez le chapitre sur la configuration du chargeur de démarrage du manuel de Gentoo pour les détails sur comment rendre votre chargeur de démarrage informé de la présence de initrd.

Voici à quoi le fichier grub.conf pourrait ressembler.

File/boot/grub/grub.confUn exemple de fichier de configuration grub.conf

# Ceci est un exemple de grub.conf pour une utilisation avec Genkernel, d'après le manuel de  Gentoo  
# http://www.gentoo.org/doc/en/handbook/handbook-x86.xml?part=1&chap=10#doc_chap2 
# Si vous n'utilisez pas  Genkernel et que vous avez besoin d'aide pour créer ce fichier, vous  
# devriez consulter le manuel. En alternative,  consultez l'exemple '''grub.conf.sample''' qui se trouve
# dans la documentation de  Grub. 
  
default 0 
timeout 5
splashimage=(hd1,0)/boot/grub/splash.xpm.gz 
   
title Gentoo Linux 
root (hd0,6) 
kernel /boot/kernel initrd=/dev/ram0 real_root=/dev/sda7 rootfstype=ext4  
initrd /boot/initramfs
  
title Gentoo Linux old kernel 
root (hd0,6) 
kernel /boot/kernel.old initrd=/dev/ram0 real_root=/dev/sda7 rootfstype=ext4 
initrd /boot/initramfs.old

Préserver vos fichiers qui fonctionnent

L'application genkernel sauvegarde automatiquement les changements des fichiers. Si les changements précédents doivent être sauvegardés, les actions suivantes sont à envisager.

  • Le premier fichier à préserver est le fichier de configuration du noyau dans /etc/kernels/. Si les sources n'ont pas changées avant la recompilation du noyau, le nom utilisé précédemment pour ce fichier sera utilisé à nouveau. C'est pourquoi dupliquer le fichier de configuration précédent avec un nouveau nom aide à préserver l'information tout en laissant l'ancien fichier disponible comme point de départ de la nouvelle configuration.
  • La deuxième chose importante à préserver ce sont les images des noyaux et initramfs déjà amorçables. La manière de le faire dépend du contexte :
  1. Si le dernier noyau compilé est amorçable, exécuter genkernel renommera cette image du noyau(et de façon similaire celle de l'image initramfs) en kernel-genkernel-ARCH-X.Y.Z-gentoo-rx.old et créera une nouvelle image kernel-genkernel-ARCH-X.Y.Z-gentoo-rx. Ceci signifie que, même si le nouveau noyau n'est pas amorçable, l'utilisateur sera toujours en mesure de démarrer sur l'ancien.
  2. Si le dernier noyau compilé n'est pas amorçable et si les sources n'ont pas été changées depuis que l'utilisateur en a compilé un qui était amorçable, avant d'exécuter genkernel, commencez par effacer la nouvelle image du noyau et supprimer le suffixe .old du nom du dernier noyau amorçable. Sans cela si le nouveau noyau n'est pas amorçable pour la deuxième fois, le kernel-genkernel-ARCH-X.Y.Z-gentoo-rx.old amorçable sera évincé par le renommage du kernel-genkernel-ARCH-X.Y.Z-gentoo-rx, laissant l'utilisateur avec un système non amorçablex Tenez le même raisonnement pour initramfs.

Utiliser la configuration précédente du noyau tout en changeant de sources

La configuration précédente peut être utilisée via l'option make menuconfig dans le fichier /etc/genkernel.conf comme ci-après :

File/etc/genkernel.confDéfinir l'appel à make menuconfig

# Exécute 'make menuconfig' avant de compiler le noyau ?
MENUCONFIG="yes"
Note
Il n'est pas nécessaire d'exécuter make oldconfig avec genkernel même si les sources ont été changées de kernel-genkernel-ARCH-version-gentoo-rx en kernel-genkernel-ARCH-version-gentoo-r(x+1) ou de kernel-genkernel-ARCH-version-gentoo to kernel-genkernel-ARCH-(version+1)-gentoo parce que make menuconfig va essayer de charger la configuration précédente au mieux dans le menu. Néanmoins, une revue minutieuse de chacune des options et des nouvelles sections est recommandée.

Démarrer sur le réseau avec genkernel

Démarrer sur un CD-ROM d'installation Gentoo depuis le réseau

L'outil genkernel peut fabriquer des images de noyaux et de disque virtuel initial (initrd) qui permettent de démarrer sur le réseau (netboot). Avec un peu de chance, vous devriez pouvoir faire démarrer n'importe quel ordinateur récent par le réseau sur l'environnement fourni par le CD-ROM d'installation de Gentoo.

La magie de la chose réside dans le script linuxrc de genkernel : il va essayer de monter le CD-ROM d'installation par NFS via le réseau. Partant de là, les scripts d'initialisation du CD-ROM d'installation seront utilisés comme si le CD était présent en local.

Construire un noyau et an initrd qui prennent en charge le démarrage par le réseau

Pour activer le support du démarrage par le réseau, activez les options suivantes lors de la configuration du noyau :

Attention !
Le support du démarrage par le réseau avec genkernel est expérimental et peut contenir quelques bogues.

Tout d'abord, l'image du noyau doit contenir les pilotes de votre carte réseau. En principe, les pilotes pour ce genre de périphériques sont compilés en tant que modules. Pourtant, il est impératif ici (pour pouvoir démarrer avec) que ces pilotes soient intégrés dans le noyau et pas en modules.

Kernel configurationConfigurer un noyau 2.6.x avec la prise en charge de votre pilote NIC

Device Drivers --->
   Networking Support --->
      Ethernet (10 or 100Mbit)  --->
         [*] Ethernet (10 or 100Mbit)
         <*>   the driver for your network card

Assurez-vous de choisir <*> et non pas <M>.

Ensuite, nous vous suggérons d'activer IP: kernel level autoconfiguration et IP: DHCP support. Cela évitera une couche supplémentaire de complexité si l'adresse IP et le chemin NFS du CD-ROM d'installation peuvent être spécifiés par un serveur DHCP. Bien sûr, cela signifie que la ligne de commande d'appel du noyau sera la même pour toutes les machines.

Kernel configurationConfigurer un noyau 2.6.x avec la prise en charge de DHCP

Device Drivers --->
   Networking Support --->
      Networking options
         [*] TCP/IP networking--->
         [*]   IP: kernel level autoconfiguration
         [*]     IP: DHCP support

Ces options indiquent au noyau d'envoyer une requête DHCP au démarrage.

De plus, vous devez activer SquashFS car la majorité des CD-ROM d'installation récents de Gentoo l'utilisent. Le support de SquashFS n'est pas intégré aux sources génériques de Linux, vous devrez appliquer les correctifs nécessaires ou bien installer les gentoo-sources.

Kernel configurationConfigurer le noyau pour une prise en charge de SquashFS

File systems--->
   Miscellaneous filesystems --->
      [*] SquashFS 2.X - Squashed file system support

Une fois que le processus de compilation est terminé, créez une archive compressée (.tar.gz) qui contient les modules du noyau. Cette étape n'est nécessaire que si la version de votre noyau ne correspond pas à la version de l'image située sur le CD-ROM d'installation.

Pour créer une archive contenant tous les modules :

root # cd /
root #
tar -cf /tmp/modules-X.Y.Z.tar.gz /lib/modules/X.Y.Z/

Selon votre méthode de démarrage par le réseau, vous devrez exécuter certaines des étapes suivantes :

Créer une image etherboot.

root # emerge mknbi
root #
cd /boot
root #
mkelf-linux -params="root=/dev/ram0 init=/linuxrc ip=dhcp" kernel... initrd... > etherboot.img

Pour créer une image TFTP OpenBoot / SPARC64.

root # emerge sparc-utils
root #
cd /boot
root #
elftoaout kernel... -o kernel.aout
root #
piggyback64 kernel.aout System.map-... initrd-...
root #
mv kernel.aout openboot.img

Le fichier openboot.img est l'image à démarrer.

Enfin, copiez ce noyau sur votre serveur TFTP. La manière de procéder dépend complètement de votre architecture et dépasse les limites de ce guide. Veuillez consulter la documentation de votre plate-forme.

Configuration du NFS

Pour mettre en place un partage NFS qui contient le CD-ROM d'installation, utilisez un périphérique de bouclage (loop device) pour y monter l'image ISO et copiez le contenu du CD dans le partage NFS. En bonus, le script initrd de genkernel désarchivera tous les fichiers .tar.gz situés dans le répertoire /nfs/livecd/add/. Tout ce qu'il vous reste à faire est de copier votre archive modules-X.Y.Z.tar.gz dans le répertoire /nfs/livecd/add/.

En supposant que /nfs/livecd soit un partage NFS.

root # mount /tmp/gentoo-livecd.iso /mnt/cdrom -o loop
root #
cp -p /mnt/cdrom /nfs/livecd
root #
umount /mnt/cdrom

Copiezmodules.tar.gz dans /add

root # mkdir /nfs/livecd/add
root #
cp /tmp/modules-X.Y.Z.tar.gz /nfs/livecd/add

Configuration du DHCP

Les images netboot demanderont une adresse IP et un chemin NFS à votre serveur DHCP. Ces informations peuvent être configurées individuellement en utilisant l'adresse MAC pour identifier les machines :

File/etc/dhcpd.confExemple de configuration de client dhcpd.conf

# Ici, 192.168.1.2 est le serveur NFS alors que 192.168.1.10 sera l'adresse IP de la machine démarrée par le  réseau  
host netbootableMachine {
         hardware ethernet 11:22:33:44:55:66;
         fixed-address 192.168.1.10;
         option root-path "192.168.1.2:/nfs/livecd";
}

Utilisation du démarrage par le réseau

Le démarrage par le réseau est encore une fois très spécifique à la plate-forme utilisée. Ce qui est important, c'est de spécifier les paramètres ip=dhcp et init=/linuxrc sur la ligne de commande du noyau. Cela activera la carte réseau et montera le CD-ROM d'installation via NFS. Voici quelques astuces pour certaines plates-formes :

Pous etherboot, insérer le disque etherboot dans le lecteur et redémarrez. La ligne de commande du noyau a été spécifiée lors de la construction de l'image. Avec Sparc64, pressez Stop-A à l'invite de démarrage et entrez :

ok boot net ip=dhcp init=/linuxrc

For PXE, Configurez pxelinux (qui fait partie de syslinux), puis créez un fichier pxelinux.cfg/defaultqui contient ces lignes:

Filepxelinux.cfg/defaultEntrée par défaut

DEFAULT gentoo
TIMEOUT 40
PROMPT 1
  
LABEL gentoo
    KERNEL kernel-X.Y.Z
    APPEND initrd=initrd-X.Y.Z root=/dev/ram0 init=/linuxrc ip=dhcp

Amorcer un disque virtuel initial de genkernel

Introduction

Si vous avez installé un disque virtuel initial (initramfs) avec genkernel, vous devriez assurément regarder les options diverses et variées de boot que vous pouvez (ou devez) définir dans la configuration de votre chargeur de démarrage. Les plus courantes sont citées ici pour référence.

Chargement de LVM ou de software-RAID

Si votre système utilise LVM ou RAID logiciel, vous avez sans aucun doute construit le disque virtuel initial (initramfs) en utilisant les options --lvm et --mdadm. Néanmoins, vous ne devriez pas oublier d'activer la prise en charge au moment du démarrage. Ceci peut être fait en utilisant les options dolvm et domdadm.

File/boot/grub/grub.confActiver la prise en charge de LVM et/ou MDADM

# Exemple pour  GRUB 1.x
title Gentoo Linux
root (hd0,0)
kernel /vmlinuz root=/dev/md3 dolvm domdadm
initrd /initramfs-genkernel-x86_64-3.4.3

Démarrer dans le mode utilisateur unique (single-user)

Si, pour une raison ou une autre, le démarrage échoue, récupérer le système en démarrant le mode utilisateur unique reste possible. Ceci ne chargera que les services réellement nécessaires et offrira à l'utilisateur un shell de récuppration root.

File/boot/grub/grub.confDémarrer dans le mode utilisateur unique

# Exemple pour GRUB 1.x
title Gentoo Linux
root (hd0,0)
kernel /vmlinuz root=/dev/md3 init_opts=S
initrd /initramfs-genkernel-x86_64-3.4.3

Remerciements

Nous tenons à remercier les auteurs et éditeurs suivants pour leur contribution à ce guide :


  • Tim Yamin
  • Jimi Ayodele
  • Thomas Seiler
  • Joshua Saddler
  • Sebastian Pipping
  • José Fournier